Droit à la Déconnexion – Acte 1

 ACCORD NATIONAL SIGNE – ACCORD LOCAL A NEGOCIER

L’obligation de signer dans les entreprises un accord sur le « droit à la déconnexion » est un acquis de la loi Travail du 8 août 2016.

LE DROIT A LA DECONNEXION, C’EST QUOI ?

La multiplication des outils numériques (dans l’ordre d’apparition : les mails, les ordinateurs portables, les smart-phone, les tablettes, Lync, etc …) et leur accessibilité croissante, liée au développement de la mobilité des salariés, rendent de plus en plus floues les frontières entre la vie privée et la vie professionnelle, le temps de travail et le temps de repos.

Le droit à la déconnexion c’est donner la possibilité aux salarié de préserver leur vie privée sans être 7j sur 7 / 24h sur 24 « prisonniers » des outils, c’est leur donner un cadre pour dire NON à l’emprise du professionnel sur le privé.

Pour en savoir plus, cliquez : Droit à la déconnexion et travail 3.0

POURQUOI UN ACCORD NATIONAL ET DES ACCORDS DANS CHAQUE CR ?

L’obligation légale est un accord d’entreprise, c’est à dire pour nous dans chaque CR. L’accord national signé le 1er mars 2017 au niveau de la branche Crédit Agricole donne des définitions, des orientations, des exemple de solutions mais il n’exonère pas d’un accord local dont la négociation devrait débuter au CATP fin mars.

 

ET MAINTENANT ?

Après avoir initié et porté la négociation sur le droit à la déconnexion, la CFDT est signataire de l’accord national de branche !
Cet accord réaffirme les 4 principes fondamentaux que nous avons revendiqués : 
  • Le respect des libertés individuelles de chacun 
  • Le droit à la déconnexion reconnu pour tous 
  • Les modalités pratiques pour l’application de ce droit sont négociés en Caisse Régionale sur base des recommandations du guide annexé à l’accord national
  • La sensibilisation de l’ensemble des salariés à l’usage responsable des outils numériques
La force de ce dialogue social, toujours soutenu par la CFDT, a permis de signer un accord cadre non obligatoire que peu de branches ont obtenu.
un vrai support pour les négociations obligatoires en Caisse Régionale.

DROIT A LA DECONNEXION & TRAVAIL 3.0

 OBJECTIFS, RISQUES, DEFINITIONS, REPERES  

La multiplication des outils numériques (dans l’ordre d’apparition : les mails, les ordinateurs portables, les smart-phone, les tablettes, Link, etc …) et leur accessibilité croissante, liée au développement de la mobilité des salariés, rendent de plus en plus floues les frontières entre la vie privée et la vie professionnelle, le temps de travail et le temps de repos.

Le droit à la déconnexion c’est donner la possibilité aux salarié de préserver leur vie privée sans être 7j sur 7 / 24h sur 24 « prisonniers » des outils, c’est leur donner un cadre pour dire NON à l’emprise du professionnel sur le privé.

 

Objectif de la CFDT : arriver jusqu’au droit, devoir et pouvoir de déconnexion

La CFDT a revendiqué dès 1995 le droit à l’isolement et le droit de coupure et travaille depuis 2002 sur le droit à la déconnexion … qu’elle a obtenu en 2016.

 

Risques liés aux TIC (Technologies de l’information et de la Communication)
  • Le risque sur la santé : il faut au minimum 11h de repos entre deux jours de travail
  • Le risque professionnel : la saturation et l’épuisement
  • Le risque de l’exposition universelle sur la toile : attention entre autres aux infos publiées sur les réseaux sociaux
  • Le risque de fascination : difficulté de prise de recul sur les outils
  • Le risque de la privation de liberté : outil de surveillance
  • Le risque d’addiction : on peut tout faire sur un smartphone, partout et à n’importe quelle heure
  • Le risque sociétal : risque de rompre le lien social « réel » (famille, amis, sport, engagements associatifs ou autres, …)
Se déconnecter, c’est quoi ?
  • Ce n’est pas un phénomène nouveau
  • Ça ne concerne pas que les mails
  • Ça a concerné en premier les cadres mais ça ne concerne pas que les cadres
  • La déconnexion, ce n’est pas que le soir et le week-end
  • Une déconnexion n’est pas toujours possible
  • C’est reprendre en main son propre temps, de travail et de vie
  • La connexion n’est plus limitée qu’à l’interne de l’entreprise, la déconnexion non plus
  • Certains préfèrent ou veulent rester connectés
  • La connexion est aussi un outil de liberté et d’autonomie
  • Une perception différente suivant les générations

Il y a des salaries qui peuvent choisir quand se connecter et d’autres qui n’ont pas cette possibilité. C’est quand l’individu ne maîtrise plus sa connexion ou quand elle lui est imposée qu’il y a danger. Ce sont ces derniers qu’il faut protéger en négociant des règles collectives ou « gardes fou »

 

A l’origine : le mail
  • Il participe à l’intensification du travail ressenti
  • Il participe à la multiplication des information et de la charge ressentie
  • Participe aux incivilités
  • Risque de flicage

Mais aussi d’autres outils

  • Ordinateurs portables
  • Smart-phone, tablettes, …
  • Agenda partagé
  • Messagerie instantanée (Lync)
  • Les ERP (Enterprise Ressources Planning) : gestionnaire d’applicateur de production, le « WorkFlow »
  • ET TOUS CEUX QUI VONT ARRIVER DANS LES MOIS ET ANNÉES A VENIR …
Se déconnecter : comment ?
  • Pas de solution universelle : la perception, le besoin, le ressenti sont subjectifs, donc différents d’une personne à l’autre
  • Pas de solution toute faite
  • Chaque salarié de l’assistant au DG a des droits et des devoirs
  • Savoir aussi écouter son entourage

Et grâce à des règles communes négociées, partagées et respectées par tous

 

 

1 2 3 19